Restauration

"La translation des reliques de Saint-Feuillien du Roeulx"

La translation des reliques de Saint-Feuillien - Trésor de la Cathédrale de Tournai

Cette tapisserie représente la translation d'une châsse menant ecclésiastiques et laïcs, d'une église à une autre, en une procession solennelle qui se déroule sur un fond de paysage, sous les yeux de deux mendiants. Des religieux en habits monastiques ouvrent le cortège, notamment des chanoines prémontrés, reconnaissables à leurs vêtements blancs et à l'aumusse que l'un d'eux, tourné vers le spectateur à gauche, porte sur le bras. La châsse est soutenue par des religieux vêtus de précieuses chapes, et suivie de trois abbés pourvus de leur mitre et leur crosse. Des laïcs, porteurs de flambeaux, accompagnent la procession.

Depuis près d'un siècle, les historiens locaux identifient cette procession, à la translation des reliques de St Siard, abbé de Mariëngaard (Frise), vers l'abbaye de St Feuillien du Roeulx (Hainaut); les deux églises illustreraient symboliquement ces deux abbayes. L'acquisition de ces reliques eut lieu en 1608, à une époque où de nombreux monastères tentent d'obtenir les restes de saints particulièrement vénérés. Cette hypothèse n'a pu être étayée ni réfutée en l'état actuel des recherches historiques.De l'abbaye prémontré de St Feuillien, démantelée à la Révolution française, la cathédrale conserve quelques pièces mobilières (stalles du chœur, peintures évoquant la vie de St Norbert, fondateur de l'ordre de Prémontré). Le dernier abbé de St Feuillien devint chanoine à la cathédrale après le Concordat en 1803. Cette tenture de chœur, acquise par Mgr le vicaire général Voisin dans les années 1860, fut interprétée comme une "épave" de l'abbaye de St Feuillien du Roeulx. Elle n'est cependant documentée ni dans les archives de la cathédrale ni dans celles de l'abbaye du Roeulx évoquant la confiscation de ses biens lors de la Révolution, ni encore dans certains fonds d'archives d'abbayes de l'ordre de Prémontré en Belgique.

La tapisserie, dépourvue de toute marque d'atelier et de bordure, remonte à la 1ère moitié voire au 1er tiers du XVIIè siècle comme en témoignent les vêtements des laïcs et mendiants, de mode Louis XIII. Cette iconographie processionnelle illustrant les translations de reliques (sous la représentation d'une châsse ou du corps même du saint) est fréquemment répandue depuis le XVè siècle et émane essentiellement de commandes d'ecclésiastiques, ce type de tapisserie étant en effet destiné à orner le chœur de leur église. La translation des reliques de Saint-Feuillien du Roeulx est exposée dans le trésor de la cathédrale Notre-Dame de Tournai.

Béatrice Pennant,                                                                                                          Historienne de l'art - Responsable du Centre de Documentation