Expositions

Wax Masters

Du samedi 03 octobre 2020 au dimanche 29 novembre 2020

Du 3 octobre au 30 novembre, TAMAT présentera dans le cadre d’«Art dans la Ville» une sélection d’oeuvres réalisées par Kool Koor et Alexandre Keto. Ces deux artistes afro-descendants ont participé conjointement à une résidence créative soutenue par la galerie La Manufacture (Ixelles/Paris) en 2019. L’exposition intitulée « Wax Masters » est le fruit de cette collaboration artistique et sa présentation partielle à TAMAT lors du prochain festival d’art contemporain en est le prolongement logique.

Organisée suite au mouvement Black Lives Matter, Wax Masters est un hommage aux cultures noires, narrant la diaspora africaine, des débuts de la traite négrière à l’arrivée des esclaves en Amérique. L’expo constitue donc une passerelle entre plusieurs univers (Afrique, Amérique et culture occidentale) et plusieurs disciplines (art tribal, codes vestimentaires et imagerie populaire, esthétique traditionnelle et modernité, musique), un cri du coeur pour ces deux artistes issus de lignées afro-descendantes, qui cherchent à retrouver leurs racines et à les ennoblir aux yeux de tous.

Le titre a été choisi pour la transversalité et la pluridisciplinarité qu’il évoque. En effet, wax est le nom donné aux tissus africains ornés de motifs et de couleurs chatoyantes. Même si leur fabrication est européenne, l’imagerie populaire les lie immédiatement à la culture africaine, voire tribale. C’est cette identification presque inconsciente tant elle est évidente qui a poussé Kool Koor et Alexandre Keto à utiliser l’esthétique de ces tissus dans un contexte artistique.

Tous les deux actifs en tant que « street artists », sublimant l’art mural à travers des fresques colorées et/ou inspirées de la vie des hommes, Kool Koor et Alexandre Keto font aussi le trait d’union entre les réalisations des représentants de « Forces Murales », ce mouvement né à Tournai dans l’immédiat après-guerre et qui cherchait à faire renaître l’art mural: une discipline artistique à la portée de tous, évoquant des thématiques intelligibles de tous et inspirées de la vie de tous les jours. Si aujourd’hui, à TAMAT, ne subsistent que les cartons préparatoires et les tapisseries des mains de Dubrunfaut, Deltour et Somville, leur esprit audacieux, rénovateur et très proche du socio-réalisme a finalement permis à la tapisserie tournaisienne de connaître un deuxième souffle et de faire de la «Cité des cinq clochers» le siège de la Fondation de la Tapisserie, devenue aujourd’hui le Musée de la Tapisserie et des Arts Textiles de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Documents à télécharger

Communiqué de presse